Bildausschnitt Fritz Ohle, Landesmuseum Detmold
Logo Mission du Centenaire

Dès septembre 1916 on se soucia à Lemgo des soins aux soldats de retour des champs de bataille. À cette fin, les associations militaires de Lemgo s'associèrent pour lancer un appel aux dons.

"Nous voulons à partir de contributions bénévoles réunir une somme d'argent, qui nous permette d'aider à faciliter la situation économique de ceux de l'arrondissement de Lemgo, qui ont été appelés sous les drapeaux et dont nous espérons le proche retour." (LP, 13/09/1916).

Les noms des donateurs devaient être ultérieurement entrés dans un livre portant le titre "Lemgos Kriegerdank". Ceci a été réalisé dans de nombreux autres endroits en Allemagne au travers de la procédure dite "Kriegswahrzeichen ou Nagelungen". Monument de guerre ou clouage. A Lemgo les associations n'envoulurent absolument pas et au contraire collecter en toute discrétion.

En appui à la collecte en faveur des anciens combattants les associations de Lemgo organisèrent des soirées de bienfaisance, comme par exemple le 13 Janvier 1918 à l'Hôtel Losch sur la place du marché (LP, 12/01/1918). Ce soir-là il y eut l'intervention d'un presdigitateur, magicien, et nécromancien.

À l'occasion du 8ème emprunt de guerre, l'opération charitable "Merci au combattant" a été encore une fois rappelée dans la Lippische Post du 22 Avril 1918. Étaient particulièrement visés dans l'article ceux qui au travers d'un commerce de guerre avantageux avaient pu améliorer sensiblement leur situation. Ceux que l'on appelait profiteurs de la guerre étaient donc explicitement désignés. La somme indispensable à l'assistance d'un ancien combattant était estimée à au moins 20.000 Mark, mais au total la collecte n'arrivait pas encore à ce montant. L'article donne une indication sur le type de collecte qui était assurée par des personnes munies de cartes d'identification et allaient de maison en maison.

Dans la Lippische Post datée du 5 Février 1919, les anciens combattant de tous les secteurs de la ville ont été appelés à se signaler auprès de citoyens stiplulés de Lemgo si elles voulaient recevoir une gratification à partir du capital de l'opération "Merci au combattant" de Lemgo.

Ce qui entre-temps est advenu du cahier des donateurs reste obscur. Rien ne prouve en tous cas qu'il ait réellement existé.